Miss erre …

Non Jacques Pradel, c’est bien grâce à la magie des réseaux sociaux, que j’ai été retrouvée. Appelons le Guillaume – parce que Guillaume c’est ni moche ni bien comme nom, et que ça colle parfaitement avec le prénom de ton amoureux de 3e ; en l’occurrence je ne l’avais pas revu depuis 15 ans…

– Pourquoi tu fais ça Guillaume ?

Le gars me cherchait ! Ca paraît fou. Psychopathe invétéré ou type resté coincé dans « Sliders, les mondes parallèles ». Soit ; j’ai répondu à ses SOS. Ouverture facile.

Un petit tour vite fait – quand même – dans les tofs de son profil facebook pour voir si j’autorise la croisade, check list des statuts. OK. Il est pas marrant.

Risque : zéro.

J’accepte l’invitation. Envie de prendre un café sans aucun doute.  On aura bien « trop d’trucs à s’dire ».

Première approche, il me lance un « hey saluuut miss » ; ça part mal. Analyse rapide de la situation, sans lumière bleue des experts, y’aura pas d’sperme. Le gars est bidon. J’ai jamais compris pourquoi les gars qui veulent te pécho, tentent souvent une approche du style « j’suis trop à l’aise » et bim, monsieur boloss te balance sa superbe punchline de séducteur en t’appelant miss. Comme si ça nous faisait rêver… Pourtant on est pas sur NRJ12.

Je réponds évidemment un « smiley happy » parce que je me la joue timide, un peu con, et sceptique. Petit caméléon veut quand même la tenter – pour voir.

Conquérant Guillaume, fier comme un as de pique et certainement sûr de sa victoire,  renchérit d’un « alors, ça va miss depuis l’temps ? lol ».

Je me sens mal ; il remet ça ; ça m’énerve.

L’appellation miss provoque effectivement sur moi un agacement intense, avec « en supplément cheezy crust » la sensation qu’il me prend vraiment pour une quiche ! Alors que je suis bien plus haute/hot.

Dois-je répondre « ça va Guigui ? » pour lui plaire ? Hésitation.

Evidemment, ça n’allait pas très bien. En deux secondes me voilà qui franchissais à la vitesse de la lumière l’ascenseur émotionnel Schneider – en réparation depuis des mois. Non, je n’étais pas en apesanteur, Callogero.

Le mec m’appelait Miss et me glissait un lol.  J’ai commencé à paniquer un peu comme un lundi matin 8h semaine B,  où ton prof de latin se délecte avec sadisme du concept de l’interro surprise.

« Admiratio interrogati ».

J’étais au tableau et j’n’avais pas révisé. Dans ma tête un jeu d’action ou vérité s’agençait : en boucle la même phrase « putain, qu’est ce que j’réponds ? » alternait avec  la tentative de fuite « j’me déconnecte ? Je simule un malaise ? Un appel à un ami ? » – trop cramé. J’ai pris le 50/50 parce que je suis une fille qui assume, et que si j’avais été Miss, j’aurais été  Miss Terre, parce que j’adore voyager, que j’aime les combats de boue, que je suis un peu terre à terre, et que j’suis un peu mys-térieuse aussi « lol ».

Manifestement je ne me sentais pas hyper l’aise. Inutile de vous dire que je me demandais pourquoi j’avais accepté. Les ouvertures faciles sur les boîtes de conserve, ça veut pourtant tout dire : Ca sentait le bourbier, la merde et le sapin, et je m‘étais enterrée toute seule. Ô joie suprême  quand il lika 20 photos de moi à la suite pendant 15 minutes  d’analyse de mon profil et en sus ajouta des « trop belle miss » à gogo et ce, dans tous les sens : miss trop belle, miss belle trop, trop belle miss, tout ça. A ce stade, j’avais clairement perdu le contrôle de la situation.  J’ai donc tenté la disparition en fermant les yeux très fort pendant 20 secondes. J’ai espéré l’enlèvement et le kidnapping mais en même temps j’avais peur qu’il paye la rançon. J’ai finalement opéré en deux étapes :

– dire que j’avais trop d’trucs à faire en ce moment et que je partais à l’étranger à la fin de la semaine (sans précision de délai bien entendu).

– laisser passer deux jours, faire genre de ne pas voir ses messages, et le bloquer.

C’est dégueulasse, mais j’pouvais de toute évidence pas lui dire : – « Ferme ta gueule ! Si tu m’appelles encore une fois miss, c’est moi qui t’envoie un missile ». Merci de m’accorder le jeu de mot facile certes, mais pas très loin de mon sentiment réel – imaginez moi dans un manga, les yeux injectés de sang, la bave aux dépôts blanchâtres incrustés aux commissures des lèvres, bouche crispée, et en main un putain de gros bazooka ! Braaaa Braaa ( bruit de bazooka).

Bref, lui dire sans lui expliquer « ferme la ou je te défonce » ça n’se fait pas, et même s’il m’avait indubitablement fait sortir de mes gonds.

Sensible à la situation, je me suis rendue compte qu’ils étaient quand même une myriade à utiliser ce pseudo envers la gente féminine et qu’en pauvres béotiens ils imaginaient qu’on kiffait de ouf ou que l’affaire serait vite régler. Personnellement vraiment je n’vois pas comment ça pourrait fonctionner, le mec te vénèr déjà direct ! Je me demandais où ils avaient bien pu apprendre un truc pareil, et pire, se le refiler comme une gastro. Parce que moi, ça me fait chier et gerber.

Il faut se rendre à l’évidence : les mecs lisent le mauvais bouquin ! (Quand ils savent lire ! Oui, c’est un propos mesquin,  et ?) Un bouquin écrit par un mec probablement …

Chose étonnante, j’ai aussi rencontré des meufs qui m’appelaient « miss ».

Voulaient-elles me pécho ? Evidemment, non. Les filles qui t’appellent « miss » sont forcément des filles qui ne t’aiment pas. Rendons nous à l’évidence, c’est une marque très claire d’agressivité. Elles, elles savent…les putes ! Elles sont au courant ! C’est par conséquent un choix délibéré et assurément calculé pour faire état du climat d’hypocrisie et de rixe qui va s’instaurer entre elles et toi mais sans que quiconque ayant un pénis ne puisse s’en rende compte. Maintenant tu sais « mon chat » ! haaaaaaaaaaaaaaaaa

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s